peinture en tunisie tadelakt wax stucco valsatin peinture colores tunisia

holi féstival des couleurs en tunisie colorant en poudre

Si

colorant en poudre,liquide à l'eau,liquide solvant

couleurs, rouge,noir,vert,jaune,bleu ,magenta et autres.

colorant  en poudre   prix 6.8 d 500 g

 des poudres colorés  pour holi festival des couleurs 

 

  
                                                                                                                                          

 C'est vers 1050 que le mot couleur, ce nom féminin, apparaît. Il doit ses origines au mot latin "color", mot qui se rattache au groupe "celare" (cacher) ; la couleur recouvre et cache la surface d'une chose.

 


Notre quotidien est parsemé de réactions, de comportements, d'attitudes, de choix qui sont fonction d'une perception consciente ou non des couleurs qui nous entourent : l'achat d'une voiture, d'un vêtement, l'aménagement d'un intérieur, sa décoration, sa mise en peinture… sont autant de situations qui nous confrontent aux choix de la couleur. 

Si ceux ci peuvent paraître le fruit d'une réaction intuitive, d'une perception émotionnelle, d'une action non réfléchie, de notre sens de l'esthétique ; la couleur est avant tout un phénomène physique. Cette réalité pose cependant un problème quand il s'agit de définir une couleur, de la classifier, tant la perception que nous en avons est individuelle. Démontrée au XVIIème siècle par Isaac Newton, la réalité scientifique de la couleur, ne suffit pas à expliquer notre comportement et nos choix face à la couleur. 

Pourquoi la place et l'importance de la couleur n'est- elle pas la même au Moyen Age qu'aujourd'hui, comment expliquer que notre couleur favorite n'est pas la même au cours de notre vie, comment comprendre la prédominance de certaines couleurs dans notre environnement ?… autant de questions qui trouvent réponses dans ce que bon nombre appellent le pouvoir, les rôles, la psychologie, la symbolique des couleurs et que nous appellerons le langage de la couleur.

Cette présentation n'est qu'une approche du rôle actif de la couleur dans notre existence, sujet que l'on peut approfondir au travers des ouvrages sur ce sujet et dont vous trouverez une liste non exhaustive dans la bibliographie en annexe. 


Le phénomène physique de la couleur

La couleur est la résultante de la perception par l'œil de la réflexion d'une source lumineuse sur un objet donné. On doit à Isaac Newton la démonstration selon laquelle la lumière solaire est formée par une infinité de radiations, allant du rouge au violet. 
C'est selon le fait que la surface de l'objet éclairé réfléchit tout ou partie de ces radiations, que l'œil pourra percevoir une coloration donnée. 
Ainsi une surface qui absorbe l'ensemble d'une source lumineuse apparaît comme noire, alors que si celle-ci réfléchit la totalité des radiations, l'œil percevra la couleur blanche, enfin entre ces 2 extrêmes une absorption plus ou moins importante donnera lieu à une multitude de couleurs. 


Comment définir une couleur ?

La couleur est une interaction entre l'émission de la lumière, l'absorption et la réflexion de celle-ci sur une surface, et la réception par l'œil de ces réflexions lumineuses. 
Ainsi la nature de la source lumineuse, l'aspect de surface et la texture de l'objet éclairé peuvent particulièrement avoir une incidence sur le rendu des couleurs. A l'exception peut- être du noir et du blanc, que l'on peut considérer comme des couleurs de référence, chaque couleur est perçue, et donc définie, de façon différente par chacun de nous. Il est donc nécessaire de faire référence à un vocabulaire spécifique pour qu'une nuance précise puisse être appréhendée et comprise par tous ; c'est ainsi que nous parlerons de tonalité, de saturation et de clarté pour définir au plus près notre perception d'une teinte.

Nuance : chaque variation de teinte que peut prendre une même couleur.
Tonalité : perception de la sensation visuelle des réflexions des radiations lumineuses qui permet de définir des couleurs comme bleu, vert, jaune, rouge… 
Saturation : densité ou proportion de couleur pure ; ou caractère plus ou moins coloré de la perception visuelle d'une teinte (vif, terne,…). 
Clarté : aspect plus ou moins clair d'un objet issu de la faculté de ce dernier à réfléchir plus ou moins de lumière (clair, sombre,…)


Classification des couleurs

On peut essayer de définir la couleur, mais il faut aussi classer les couleurs pour pouvoir les comparer, les harmoniser, les opposer les faire vivre les unes avec les autres.

Couleurs primaires : rouge, jaune, bleu sont les 3 couleurs primaires. On ne peut pas créer une couleur primaire par un mélange d'autres couleurs, mais en mélangeant les couleurs primaires entre elles on obtient toutes les autres couleurs. Le mélange des 3 couleurs primaires donne le noir. 
Couleurs secondaires : on obtient une couleur secondaire en mélangeant deux couleurs primaires entre elles. Le mélange du rouge et du jaune donne l'orange et le mélange du jaune et du bleu donne le vert. 
Couleurs intermédiaires : le mélange d'une couleur primaire et d'une couleur secondaire donne une couleur intermédiaire. 
Couleurs complémentaires : elles se trouvent opposées dans le cercle chromatique. La complémentaire du rouge est le vert, celle du jaune est le bleu. Leur association en décoration crée la lumière. 
Couleurs chaudes : du jaune au rouge-violet sur le cercle chromatique. 
Couleurs froides : du bleu-violet au jaune-vert sur le cercle chromatique. 
Couleurs pâles ou claires : teintes contenant du blanc. 
Couleurs foncées ou sombres : teintes contenant du noir.
Couleurs saturées ou lumineuses : teintes pures ne contenant ni blanc ni noir. 
Couleurs insaturées ou atténuées de gris : teintes contenant du gris ou la couleur complémentaire. 


Le langage des couleurs 

Le blanc

Le physicien anglais Isaac Newton découvrit en 1666 que le faisceau blanc s'organisait en couleurs spectrales identiques à celle de l'arc en ciel. Le blanc est donc la couleur totale, qui contient toutes les autres couleurs, produite par le réfléchissement de l'ensemble des radiations lumineuses… c'est la couleur absolue. 

Associée depuis la nuit des temps au divin, à l'immaculé, à la pureté absolue c'est la chaleur qui permet à la vie d'éclore (le lait nourricier) et qui représente l'innocence et la virginité. La symbolique religieuse veut que les serveurs du culte, se vêtissent de blanc. A partir du siècle dernier elle deviendra la couleur de l'habit du baptême et de la robe de mariée.
Couleur absolue, exempte de toute souillure, "stérile", elle devient l'emblème de l'inquiétude (page blanche de l'écrivain, toile blanche de l'artiste,…) de l'hygiène (savons, lessives, machines à laver, locaux de laboratoire, blouses de médecin…) mais aussi de la simplicité, de la neutralité (ceinture blanche de judo, drapeau blanc, et colombe de la paix…). 
Ces origines "divines" en font la couleur de l'impalpable (peur, fantômes, paradis) mais aussi de la sagesse (couleur des druides, des sages, personnes âgées à cheveux blancs…). Dans la décoration le blanc est généralement appliqué sur les plafonds. Les capacités exceptionnelles du blanc à réfléchir la lumière en font l'allié des architectes en apportant luminosité et espace. Cependant la pureté de la couleur peut très rapidement infléchir les bénéfices de son utilisation. La surface pure qui s'en dégage est par essence absente de tout mouvement, de toute vie et peut amener malaise et inquiétude. C'est la raison pour laquelle il est conseillé de ponctuer l'espace blanc de touches de couleur (un mur, l'ameublement…). 

Le bleu

Si le bleu est actuellement la couleur préférée des occidentaux, il n'en était pas de même dans l'antiquité où aucun terme ne désignait cette couleur dont on parlait comme un noir pâle ou un vert foncé… 
A l'époque romaine, les assaillants barbares se peignaient le visage en bleu avant de partir au combat, pour se donner une allure fantomatique. Ceci n'a pas favorisé une symbolique positive de cette couleur qui évoque alors le mal et les enfers. Le mépris de cette couleur explique sa faible utilisation dans le vêtement où le bleu n'est utilisé que pour les vêtements de travail des artisans et des paysans. Pour que le bleu prenne ses lettres de noblesse il faut attendre le Moyen Age, et l'importation du lapis-lazuli par les Vénitiens. 
Considérée comme la plus belle, mais aussi la plus chère des couleurs, ce pigment est naturellement privilégié par les enlumineurs, les maîtres verriers qui la réservent à la robe de la vierge, aux toges des anges… Les progrès techniques dans le domaine de la teinture, ne cessent de faire avancer et d'étendre l'utilisation de la couleur bleue pour devenir la couleur qui domine toutes les autres. De la couleur du manteau royal au Moyen Age, à la couleur du jean aujourd'hui, le bleu est devenu une couleur incontournable. 

Bleu comme le ciel, Bleu comme la mer … 2 immensités qui évoquent l'évasion, le rêve, le calme, la sérénité, la paix, la fraîcheur, l'hygiène… Couleur de la paix et de la neutralité, le bleu devient naturellement la couleur des grands organismes internationaux comme l'ONU, l'UNESCO… Couleur symbolisant le calme et la sérénité, le bleu est souvent utilisé pour les calmants et somnifères, et devient la couleur des chambres en milieu hospitalier. 

C'est la couleur du fond par excellence car tout se détache sur un fond bleu ; de plus le bleu supprime les limites et agrandit les espaces, cette couleur sera préférée dans des locaux étroits. Couleur fraîche elle aérera les espaces sans fenêtre mais c'est aussi une couleur délicate car trop exposée au soleil elle pâlit et à l'image du jean blanchit à l'usage . 

Le jaune

Faste sous l'Antiquité, discrédité au Moyen Age, le jaune a retrouvé aujourd'hui sa place et sa valeur énergétique. 

L'utilisation du safran sous l'Antiquité, comme pigment pour teindre les étoffes est réservée, du fait de sa rareté, aux prêtres et à la noblesse. Richesse matérielle et spirituelle qui se dégage de sa chaleur et de sa luminosité, le jaune d'or attire les plus nantis et leur confère une aura prestigieuse, rayonnante. 
L'ocre jaune, pigment bon marché, recouvre beaucoup de façades, et sert d'élément décoratif pour mettre en valeur figures et ornementations architecturales.
Au Moyen Age, le jaune devient la couleur de la différence, de l'exclusion, de l'extravagance et du déguisement. Le jaune sera la couleur des traîtres et des arrivistes au théâtre. Les maisons des renégats, des faux monnayeurs, des femmes volages, des assassins et des hérétiques sont marquées de jaune, enfin dans la majorité des peintures et sculptures Judas est systématiquement représenté dans un vêtement de cette couleur. Seul le jaune de l'or garde des valeurs positives.

Ce discrédit existe encore de nos jours au travers du pavillon jaune qui signale la maladie et la quarantaine sur un navire. La tradition populaire l'associe aux maris trompés, et au football le "carton jaune" sanctionne les fautes. 

Aujourd'hui le jaune devient une couleur porteuse de valeurs positives. Sa luminosité attire le regard et permet de capter l'attention (signalisation routière), la chaleur, l'énergie et la dynamique qui s'en dégagent servent en communication (vacances, loisirs, vitamines, …), les notions de richesse et de prospérité qui en émanent en font la couleur de la réussite (être le "maillot jaune"). Aux couleurs du miel pour les planchers, le mobilier, et les accessoires en bois naturel, le jaune est souvent utilisé en décoration : couleur du soleil qui éclaire les intérieurs, les tonalités vives et stimulantes du jaune dynamisent et illuminent les espaces… c'est un peu d'été qui rentre dans la pièce ! 

Le noir

Toujours associé au blanc, le noir est son contraire : ici aucune réflexion de la lumière. Si le blanc est le symbole de la pureté et de la virginité, le noir devient synonyme de saleté, de souillure et par extrapolation couleur de la faute, du péché et de la malhonnêteté.

Les premiers colorants noirs furent obtenus par calcination de matières minérales, végétales, ou animales. Le noir, indissociable de la nuit, renvoie aux mystères et donc à la mort. Cela devient donc la couleur de la tristesse, de la solitude et de la mélancolie. Il faut attendre le 13ème siècle pour que cette couleur devienne celle du renoncement et de l'austérité religieuse (vêtement des prêtres, des moines et des religieuses : "les corbeaux"). De l'austérité, à l'autorité…il n'y a qu'un pas, la justice a trouvé sa couleur : le noir devient uniforme, robe d'avocat, de juge, tenues de policiers, arbitres, pompiers. 
A compter du XIVème siècle, le noir est valorisé au travers des principes vertueux qui y sont associés pour devenir aujourd'hui la couleur de l'élégance (smoking, tenues de soirée…) du raffinement et du luxe. Si le XVIIIème appréciait les formes généreuses, le culte du corps actuel et la mode des silhouettes sveltes et dynamiques a trouvé dans le noir la couleur amincissante contribuant à son succès et à la valorisation positive de cette couleur.

Rares sont les murs et plafonds noirs dans nos habitations. Son utilisation sur les murs reste délicate ; à l'instar du blanc qui repousse les limites d'un intérieur étriqué, le noir rétrécit les volumes et son emploi excessif peut avoir des conséquences déprimantes. Les bois noirs exotiques sont parfois utilisés pour les planchers ; la bureautique valorise le noir de la modernité, dans la maison le noir reste le privilège des objets. 

L'orange ou orangé 

Grâce aux Italiens, un nouveau fruit, l'orange douce arrive en France à la Renaissance. Le nom de cet agrume fut associé à sa couleur ; voisine du jaune et du rouge dans le spectre des couleurs, l'orangé est une couleur chaude, intime. Associée à l'automne, cette couleur porte en elle le confort du feu dans l'âtre de la cheminée. L'éclat et la luminosité de l'orange lui donne vitalité et tonicité. Son utilisation dans des domaines où la visibilité est importante telle que la sécurité en mer ou dans les transports (bouées de régate, gilets de sauvetage, couleur d'information des substances transportées à l'arrière des poids lourds…). 

Cette couleur peut également être franche et plus tonique (même si elle n'atteint pas le degré du rouge) jusqu'au point de devenir, dans les années 70, une couleur criarde et agressive. 

Son utilisation en décoration se doit d'être limitée car elle peut lasser ; le dynamisme de cette couleur permet cependant de ponctuer, de rythmer les ambiances atténuées et calmes. Dans les pièces qui ne bénéficient pas de la lumière naturelle, l'orange diffuse sa luminosité et ensoleille par ses tonalités chaudes.
Il est à noter qu'aucune expression particulière de la langue française ne met en avant la couleur orange, y a- t-il une relation de cause à effet avec la constatation que l'orange arrive majoritairement en dernière position dans les préférences de teintes ? 

Le rouge

Couleur par excellence, le rouge est la première de toutes les couleurs. 


Signe de renouveau, de force et d'énergie le rouge du feu est également source de force et de puissance, il insuffle aussi énergie, chaleur et lumière. Il sera donc la couleur des véhicules de sport, de la fête, de la joie, de l'amour. 
Mais le rouge sang est également la couleur de la mort, de la violence, du sang répandu lors de la chasse et des combats guerriers. 
Le rouge feu celui de la destruction, celui des flammes de l'enfer, celui de la trahison à l'image des représentations de la chevelure de Judas. Le rouge devient donc la couleur du danger, de l'interdit, du mal ; cette couleur, la plus dynamisante, la plus visible sert d'attraction en publicité, de signalisation pour les différents moyens de transport, ou encore la couleur du contrôle et des corrections de copie… 

C'est la couleur des pays chauds et de l'Orient.
Utilisé en extérieur ou en intérieur, elle ne donnera pas les mêmes sensations.
Une maison dont la façade sera peinte de cette couleur donnera une impression de surface et de masse plus importante.
Dans une pièce elle réduira les dimensions de celle-ci. L'usage du rouge en décoration intérieure est donc à faire avec délicatesse, car outre sa particularité de "changer" les volumes des lieux peints, il lasse très vite et crée un phénomène de rejet. 
L'action du rouge est stimulante et source de plaisir ; cette couleur s'emploie pour faire ressortir et mettre en avant les autres couleurs. 

Le vert

Le vert est la couleur du monde végétal par excellence et donc de la nature aux vertus rassurantes, calmes et reposantes. Cette couleur a pourtant des connotations négatives. 

Est-ce dû aux difficultés rencontrées, par les teinturiers du Moyen Age, à reproduire cette couleur en absence de plantes contenant des pigments végétaux à force colorante suffisante ? L'explication se trouverait-elle dans l'aspect instable des teintes obtenues en faisant, de ce fait, de la couleur verte celle de l'incertitude, de l'aléatoire… ? Cette dualité (chance et malchance, victoire et défaite…), peut éventuellement expliquer que le vert soit devenu la couleur de surfaces de jeu (tapis de cartes, de billard, terrain de football, de golf…), distraction particulièrement marquée par le hasard et empreinte d'une certaine connotation négative. 
Couleur de l'inattendu, elle devient celle des fous, du diable… et plus proche de nous celles des extra-terrestres! Les avancées en terme de reproductibilité des verts francs et du maintien de cette couleur sur les différents supports utilisés, a permis d' associer le vert à la nature et à ses vertus : couleur de l'herbe, des feuilles… 
Couleur du printemps, du renouveau, de la fraîcheur et par extension du calme, de la quiétude, du repos, de l'espérance, de la non-toxicité c'est la couleur de la permission (feu vert…), de l'hygiène et de la santé (bennes à ordures, poubelles de tri sélectif, croix des pharmacies…), et depuis une vingtaine d'années la couleur étendard des mouvements et des diverses communications sur le thème de l'écologique (Greenpeace, essence sans plomb…).

En décoration, le vert sera conseillé pour ses vertus apaisantes et reposantes, d'où son utilisation dans les domaines hospitaliers en association avec le blanc et le bleu, deux autres couleurs équilibrantes et fraîches.
Si le vert réfléchit moyennement la lumière, il donne une atmosphère cérémonieuse et froide. Dans une pièce il sera rehaussé de tentures rouges ou violettes. 

Le violet

Nombreuses sont les sources pour obtenir cette couleur. 
L'origine semble être le pourpre issu d'un colorant sécrété par des mollusques. 
Difficulté d'extraction de cette substance, quantité d'animaux nécessaires, en fait une matière onéreuse qui séduit le corps religieux et politique. Signe de prestige et d'élitisme, elle est utilisée pour les étoffes des grands prêtres, des magistrats et des grandes figures de la noblesse et du pouvoir, et devient la couleur des empereurs et des rois, puisqu'elle représente le prestige et l'élitisme. 

Si la couleur pourpre sera celle de la dignité des cardinaux, le pourpre perd ses lettres de noblesse au Moyen Age pour devenir une couleur peu employée ; elle apparait terne, de nuance plutôt grise ou noire, et devient la couleur du deuil.
La couleur pourpre oubliée, c'est la couleur violette qui prendra le relais au travers de l'utilisation de la garance, des fruits rouges ou d'une cochenille appelée kermès. 

Toujours empreinte de nos jours d'une connotation triste (habits des veuves), signe d'abnégation et de privation (couleur du carême), le violet connaît cependant ces dernières années une nouvelle dynamique plus optimiste. 

Des nuances plus provocantes et moins conventionnelles sont aujourd'hui utilisées tant dans l'habillement que dans la décoration : les fuchsias, les roses violacées… des couleurs toniques, signe d'une nouvelle liberté. Du pourpre et du violet en harmonie créeront, dans une maison, un décor au charme discret et paisible. 

Introduction

C'est vers 1050 que le mot couleur, ce nom féminin, apparaît. Il doit ses origines au mot latin "color", mot qui se rattache au groupe "celare" (cacher) ; la couleur recouvre et cache la surface d'une chose.

Notre quotidien est parsemé de réactions, de comportements, d'attitudes, de choix qui sont fonction d'une perception consciente ou non des couleurs qui nous entourent : l'achat d'une voiture, d'un vêtement, l'aménagement d'un intérieur, sa décoration, sa mise en peinture… sont autant de situations qui nous confrontent aux choix de la couleur. 

Si ceux ci peuvent paraître le fruit d'une réaction intuitive, d'une perception émotionnelle, d'une action non réfléchie, de notre sens de l'esthétique ; la couleur est avant tout un phénomène physique. Cette réalité pose cependant un problème quand il s'agit de définir une couleur, de la classifier, tant la perception que nous en avons est individuelle. Démontrée au XVIIème siècle par Isaac Newton, la réalité scientifique de la couleur, ne suffit pas à expliquer notre comportement et nos choix face à la couleur. 

Pourquoi la place et l'importance de la couleur n'est- elle pas la même au Moyen Age qu'aujourd'hui, comment expliquer que notre couleur favorite n'est pas la même au cours de notre vie, comment comprendre la prédominance de certaines couleurs dans notre environnement ?… autant de questions qui trouvent réponses dans ce que bon nombre appellent le pouvoir, les rôles, la psychologie, la symbolique des couleurs et que nous appellerons le langage de la couleur.

Cette présentation n'est qu'une approche du rôle actif de la couleur dans notre existence, sujet que l'on peut approfondir au travers des ouvrages sur ce sujet et dont vous trouverez une liste non exhaustive dans la bibliographie en annexe. 


Le phénomène physique de la couleur

La couleur est la résultante de la perception par l'œil de la réflexion d'une source lumineuse sur un objet donné. On doit à Isaac Newton la démonstration selon laquelle la lumière solaire est formée par une infinité de radiations, allant du rouge au violet. 
C'est selon le fait que la surface de l'objet éclairé réfléchit tout ou partie de ces radiations, que l'œil pourra percevoir une coloration donnée. 
Ainsi une surface qui absorbe l'ensemble d'une source lumineuse apparaît comme noire, alors que si celle-ci réfléchit la totalité des radiations, l'œil percevra la couleur blanche, enfin entre ces 2 extrêmes une absorption plus ou moins importante donnera lieu à une multitude de couleurs. 


Comment définir une couleur ?

La couleur est une interaction entre l'émission de la lumière, l'absorption et la réflexion de celle-ci sur une surface, et la réception par l'œil de ces réflexions lumineuses. 
Ainsi la nature de la source lumineuse, l'aspect de surface et la texture de l'objet éclairé peuvent particulièrement avoir une incidence sur le rendu des couleurs. A l'exception peut- être du noir et du blanc, que l'on peut considérer comme des couleurs de référence, chaque couleur est perçue, et donc définie, de façon différente par chacun de nous. Il est donc nécessaire de faire référence à un vocabulaire spécifique pour qu'une nuance précise puisse être appréhendée et comprise par tous ; c'est ainsi que nous parlerons de tonalité, de saturation et de clarté pour définir au plus près notre perception d'une teinte.

Nuance : chaque variation de teinte que peut prendre une même couleur.
Tonalité : perception de la sensation visuelle des réflexions des radiations lumineuses qui permet de définir des couleurs comme bleu, vert, jaune, rouge… 
Saturation : densité ou proportion de couleur pure ; ou caractère plus ou moins coloré de la perception visuelle d'une teinte (vif, terne,…). 
Clarté : aspect plus ou moins clair d'un objet issu de la faculté de ce dernier à réfléchir plus ou moins de lumière (clair, sombre,…)


Classification des couleurs

On peut essayer de définir la couleur, mais il faut aussi classer les couleurs pour pouvoir les comparer, les harmoniser, les opposer les faire vivre les unes avec les autres.

Couleurs primaires : rouge, jaune, bleu sont les 3 couleurs primaires. On ne peut pas créer une couleur primaire par un mélange d'autres couleurs, mais en mélangeant les couleurs primaires entre elles on obtient toutes les autres couleurs. Le mélange des 3 couleurs primaires donne le noir. 
Couleurs secondaires : on obtient une couleur secondaire en mélangeant deux couleurs primaires entre elles. Le mélange du rouge et du jaune donne l'orange et le mélange du jaune et du bleu donne le vert. 
Couleurs intermédiaires : le mélange d'une couleur primaire et d'une couleur secondaire donne une couleur intermédiaire. 
Couleurs complémentaires : elles se trouvent opposées dans le cercle chromatique. La complémentaire du rouge est le vert, celle du jaune est le bleu. Leur association en décoration crée la lumière. 
Couleurs chaudes : du jaune au rouge-violet sur le cercle chromatique. 
Couleurs froides : du bleu-violet au jaune-vert sur le cercle chromatique. 
Couleurs pâles ou claires : teintes contenant du blanc. 
Couleurs foncées ou sombres : teintes contenant du noir.
Couleurs saturées ou lumineuses : teintes pures ne contenant ni blanc ni noir. 
Couleurs insaturées ou atténuées de gris : teintes contenant du gris ou la couleur complémentaire. 


Le langage des couleurs 

Le blanc

Le physicien anglais Isaac Newton découvrit en 1666 que le faisceau blanc s'organisait en couleurs spectrales identiques à celle de l'arc en ciel. Le blanc est donc la couleur totale, qui contient toutes les autres couleurs, produite par le réfléchissement de l'ensemble des radiations lumineuses… c'est la couleur absolue. 

Associée depuis la nuit des temps au divin, à l'immaculé, à la pureté absolue c'est la chaleur qui permet à la vie d'éclore (le lait nourricier) et qui représente l'innocence et la virginité. La symbolique religieuse veut que les serveurs du culte, se vêtissent de blanc. A partir du siècle dernier elle deviendra la couleur de l'habit du baptême et de la robe de mariée.
Couleur absolue, exempte de toute souillure, "stérile", elle devient l'emblème de l'inquiétude (page blanche de l'écrivain, toile blanche de l'artiste,…) de l'hygiène (savons, lessives, machines à laver, locaux de laboratoire, blouses de médecin…) mais aussi de la simplicité, de la neutralité (ceinture blanche de judo, drapeau blanc, et colombe de la paix…). 
Ces origines "divines" en font la couleur de l'impalpable (peur, fantômes, paradis) mais aussi de la sagesse (couleur des druides, des sages, personnes âgées à cheveux blancs…). Dans la décoration le blanc est généralement appliqué sur les plafonds. Les capacités exceptionnelles du blanc à réfléchir la lumière en font l'allié des architectes en apportant luminosité et espace. Cependant la pureté de la couleur peut très rapidement infléchir les bénéfices de son utilisation. La surface pure qui s'en dégage est par essence absente de tout mouvement, de toute vie et peut amener malaise et inquiétude. C'est la raison pour laquelle il est conseillé de ponctuer l'espace blanc de touches de couleur (un mur, l'ameublement…). 

Le bleu

Si le bleu est actuellement la couleur préférée des occidentaux, il n'en était pas de même dans l'antiquité où aucun terme ne désignait cette couleur dont on parlait comme un noir pâle ou un vert foncé… 
A l'époque romaine, les assaillants barbares se peignaient le visage en bleu avant de partir au combat, pour se donner une allure fantomatique. Ceci n'a pas favorisé une symbolique positive de cette couleur qui évoque alors le mal et les enfers. Le mépris de cette couleur explique sa faible utilisation dans le vêtement où le bleu n'est utilisé que pour les vêtements de travail des artisans et des paysans. Pour que le bleu prenne ses lettres de noblesse il faut attendre le Moyen Age, et l'importation du lapis-lazuli par les Vénitiens. 
Considérée comme la plus belle, mais aussi la plus chère des couleurs, ce pigment est naturellement privilégié par les enlumineurs, les maîtres verriers qui la réservent à la robe de la vierge, aux toges des anges… Les progrès techniques dans le domaine de la teinture, ne cessent de faire avancer et d'étendre l'utilisation de la couleur bleue pour devenir la couleur qui domine toutes les autres. De la couleur du manteau royal au Moyen Age, à la couleur du jean aujourd'hui, le bleu est devenu une couleur incontournable. 

Bleu comme le ciel, Bleu comme la mer … 2 immensités qui évoquent l'évasion, le rêve, le calme, la sérénité, la paix, la fraîcheur, l'hygiène… Couleur de la paix et de la neutralité, le bleu devient naturellement la couleur des grands organismes internationaux comme l'ONU, l'UNESCO… Couleur symbolisant le calme et la sérénité, le bleu est souvent utilisé pour les calmants et somnifères, et devient la couleur des chambres en milieu hospitalier. 

C'est la couleur du fond par excellence car tout se détache sur un fond bleu ; de plus le bleu supprime les limites et agrandit les espaces, cette couleur sera préférée dans des locaux étroits. Couleur fraîche elle aérera les espaces sans fenêtre mais c'est aussi une couleur délicate car trop exposée au soleil elle pâlit et à l'image du jean blanchit à l'usage . 

Le jaune

Faste sous l'Antiquité, discrédité au Moyen Age, le jaune a retrouvé aujourd'hui sa place et sa valeur énergétique. 

L'utilisation du safran sous l'Antiquité, comme pigment pour teindre les étoffes est réservée, du fait de sa rareté, aux prêtres et à la noblesse. Richesse matérielle et spirituelle qui se dégage de sa chaleur et de sa luminosité, le jaune d'or attire les plus nantis et leur confère une aura prestigieuse, rayonnante. 
L'ocre jaune, pigment bon marché, recouvre beaucoup de façades, et sert d'élément décoratif pour mettre en valeur figures et ornementations architecturales.
Au Moyen Age, le jaune devient la couleur de la différence, de l'exclusion, de l'extravagance et du déguisement. Le jaune sera la couleur des traîtres et des arrivistes au théâtre. Les maisons des renégats, des faux monnayeurs, des femmes volages, des assassins et des hérétiques sont marquées de jaune, enfin dans la majorité des peintures et sculptures Judas est systématiquement représenté dans un vêtement de cette couleur. Seul le jaune de l'or garde des valeurs positives.

Ce discrédit existe encore de nos jours au travers du pavillon jaune qui signale la maladie et la quarantaine sur un navire. La tradition populaire l'associe aux maris trompés, et au football le "carton jaune" sanctionne les fautes. 

Aujourd'hui le jaune devient une couleur porteuse de valeurs positives. Sa luminosité attire le regard et permet de capter l'attention (signalisation routière), la chaleur, l'énergie et la dynamique qui s'en dégagent servent en communication (vacances, loisirs, vitamines, …), les notions de richesse et de prospérité qui en émanent en font la couleur de la réussite (être le "maillot jaune"). Aux couleurs du miel pour les planchers, le mobilier, et les accessoires en bois naturel, le jaune est souvent utilisé en décoration : couleur du soleil qui éclaire les intérieurs, les tonalités vives et stimulantes du jaune dynamisent et illuminent les espaces… c'est un peu d'été qui rentre dans la pièce ! 

Le noir

Toujours associé au blanc, le noir est son contraire : ici aucune réflexion de la lumière. Si le blanc est le symbole de la pureté et de la virginité, le noir devient synonyme de saleté, de souillure et par extrapolation couleur de la faute, du péché et de la malhonnêteté.

Les premiers colorants noirs furent obtenus par calcination de matières minérales, végétales, ou animales. Le noir, indissociable de la nuit, renvoie aux mystères et donc à la mort. Cela devient donc la couleur de la tristesse, de la solitude et de la mélancolie. Il faut attendre le 13ème siècle pour que cette couleur devienne celle du renoncement et de l'austérité religieuse (vêtement des prêtres, des moines et des religieuses : "les corbeaux"). De l'austérité, à l'autorité…il n'y a qu'un pas, la justice a trouvé sa couleur : le noir devient uniforme, robe d'avocat, de juge, tenues de policiers, arbitres, pompiers. 
A compter du XIVème siècle, le noir est valorisé au travers des principes vertueux qui y sont associés pour devenir aujourd'hui la couleur de l'élégance (smoking, tenues de soirée…) du raffinement et du luxe. Si le XVIIIème appréciait les formes généreuses, le culte du corps actuel et la mode des silhouettes sveltes et dynamiques a trouvé dans le noir la couleur amincissante contribuant à son succès et à la valorisation positive de cette couleur.

Rares sont les murs et plafonds noirs dans nos habitations. Son utilisation sur les murs reste délicate ; à l'instar du blanc qui repousse les limites d'un intérieur étriqué, le noir rétrécit les volumes et son emploi excessif peut avoir des conséquences déprimantes. Les bois noirs exotiques sont parfois utilisés pour les planchers ; la bureautique valorise le noir de la modernité, dans la maison le noir reste le privilège des objets. 

L'orange ou orangé 

Grâce aux Italiens, un nouveau fruit, l'orange douce arrive en France à la Renaissance. Le nom de cet agrume fut associé à sa couleur ; voisine du jaune et du rouge dans le spectre des couleurs, l'orangé est une couleur chaude, intime. Associée à l'automne, cette couleur porte en elle le confort du feu dans l'âtre de la cheminée. L'éclat et la luminosité de l'orange lui donne vitalité et tonicité. Son utilisation dans des domaines où la visibilité est importante telle que la sécurité en mer ou dans les transports (bouées de régate, gilets de sauvetage, couleur d'information des substances transportées à l'arrière des poids lourds…). 

Cette couleur peut également être franche et plus tonique (même si elle n'atteint pas le degré du rouge) jusqu'au point de devenir, dans les années 70, une couleur criarde et agressive. 

Son utilisation en décoration se doit d'être limitée car elle peut lasser ; le dynamisme de cette couleur permet cependant de ponctuer, de rythmer les ambiances atténuées et calmes. Dans les pièces qui ne bénéficient pas de la lumière naturelle, l'orange diffuse sa luminosité et ensoleille par ses tonalités chaudes.
Il est à noter qu'aucune expression particulière de la langue française ne met en avant la couleur orange, y a- t-il une relation de cause à effet avec la constatation que l'orange arrive majoritairement en dernière position dans les préférences de teintes ? 

Le rouge

Couleur par excellence, le rouge est la première de toutes les couleurs. 


Signe de renouveau, de force et d'énergie le rouge du feu est également source de force et de puissance, il insuffle aussi énergie, chaleur et lumière. Il sera donc la couleur des véhicules de sport, de la fête, de la joie, de l'amour. 
Mais le rouge sang est également la couleur de la mort, de la violence, du sang répandu lors de la chasse et des combats guerriers. 
Le rouge feu celui de la destruction, celui des flammes de l'enfer, celui de la trahison à l'image des représentations de la chevelure de Judas. Le rouge devient donc la couleur du danger, de l'interdit, du mal ; cette couleur, la plus dynamisante, la plus visible sert d'attraction en publicité, de signalisation pour les différents moyens de transport, ou encore la couleur du contrôle et des corrections de copie… 

C'est la couleur des pays chauds et de l'Orient.
Utilisé en extérieur ou en intérieur, elle ne donnera pas les mêmes sensations.
Une maison dont la façade sera peinte de cette couleur donnera une impression de surface et de masse plus importante.
Dans une pièce elle réduira les dimensions de celle-ci. L'usage du rouge en décoration intérieure est donc à faire avec délicatesse, car outre sa particularité de "changer" les volumes des lieux peints, il lasse très vite et crée un phénomène de rejet. 
L'action du rouge est stimulante et source de plaisir ; cette couleur s'emploie pour faire ressortir et mettre en avant les autres couleurs. 

Le vert

Le vert est la couleur du monde végétal par excellence et donc de la nature aux vertus rassurantes, calmes et reposantes. Cette couleur a pourtant des connotations négatives. 

Est-ce dû aux difficultés rencontrées, par les teinturiers du Moyen Age, à reproduire cette couleur en absence de plantes contenant des pigments végétaux à force colorante suffisante ? L'explication se trouverait-elle dans l'aspect instable des teintes obtenues en faisant, de ce fait, de la couleur verte celle de l'incertitude, de l'aléatoire… ? Cette dualité (chance et malchance, victoire et défaite…), peut éventuellement expliquer que le vert soit devenu la couleur de surfaces de jeu (tapis de cartes, de billard, terrain de football, de golf…), distraction particulièrement marquée par le hasard et empreinte d'une certaine connotation négative. 
Couleur de l'inattendu, elle devient celle des fous, du diable… et plus proche de nous celles des extra-terrestres! Les avancées en terme de reproductibilité des verts francs et du maintien de cette couleur sur les différents supports utilisés, a permis d' associer le vert à la nature et à ses vertus : couleur de l'herbe, des feuilles… 
Couleur du printemps, du renouveau, de la fraîcheur et par extension du calme, de la quiétude, du repos, de l'espérance, de la non-toxicité c'est la couleur de la permission (feu vert…), de l'hygiène et de la santé (bennes à ordures, poubelles de tri sélectif, croix des pharmacies…), et depuis une vingtaine d'années la couleur étendard des mouvements et des diverses communications sur le thème de l'écologique (Greenpeace, essence sans plomb…).

En décoration, le vert sera conseillé pour ses vertus apaisantes et reposantes, d'où son utilisation dans les domaines hospitaliers en association avec le blanc et le bleu, deux autres couleurs équilibrantes et fraîches.
Si le vert réfléchit moyennement la lumière, il donne une atmosphère cérémonieuse et froide. Dans une pièce il sera rehaussé de tentures rouges ou violettes. 

Le violet

Nombreuses sont les sources pour obtenir cette couleur. 
L'origine semble être le pourpre issu d'un colorant sécrété par des mollusques. 
Difficulté d'extraction de cette substance, quantité d'animaux nécessaires, en fait une matière onéreuse qui séduit le corps religieux et politique. Signe de prestige et d'élitisme, elle est utilisée pour les étoffes des grands prêtres, des magistrats et des grandes figures de la noblesse et du pouvoir, et devient la couleur des empereurs et des rois, puisqu'elle représente le prestige et l'élitisme. 

Si la couleur pourpre sera celle de la dignité des cardinaux, le pourpre perd ses lettres de noblesse au Moyen Age pour devenir une couleur peu employée ; elle apparait terne, de nuance plutôt grise ou noire, et devient la couleur du deuil.
La couleur pourpre oubliée, c'est la couleur violette qui prendra le relais au travers de l'utilisation de la garance, des fruits rouges ou d'une cochenille appelée kermès. 

Toujours empreinte de nos jours d'une connotation triste (habits des veuves), signe d'abnégation et de privation (couleur du carême), le violet connaît cependant ces dernières années une nouvelle dynamique plus optimiste. 

Des nuances plus provocantes et moins conventionnelles sont aujourd'hui utilisées tant dans l'habillement que dans la décoration : les fuchsias, les roses violacées… des couleurs toniques, signe d'une nouvelle liberté. Du pourpre et du violet en harmonie créeront, dans une maison, un décor au charme discret et paisible. 

Introduction

C'est vers 1050 que le mot couleur, ce nom féminin, apparaît. Il doit ses origines au mot latin "color", mot qui se rattache au groupe "celare" (cacher) ; la couleur recouvre et cache la surface d'une chose.

Notre quotidien est parsemé de réactions, de comportements, d'attitudes, de choix qui sont fonction d'une perception consciente ou non des couleurs qui nous entourent : l'achat d'une voiture, d'un vêtement, l'aménagement d'un intérieur, sa décoration, sa mise en peinture… sont autant de situations qui nous confrontent aux choix de la couleur. 

Si ceux ci peuvent paraître le fruit d'une réaction intuitive, d'une perception émotionnelle, d'une action non réfléchie, de notre sens de l'esthétique ; la couleur est avant tout un phénomène physique. Cette réalité pose cependant un problème quand il s'agit de définir une couleur, de la classifier, tant la perception que nous en avons est individuelle. Démontrée au XVIIème siècle par Isaac Newton, la réalité scientifique de la couleur, ne suffit pas à expliquer notre comportement et nos choix face à la couleur. 

Pourquoi la place et l'importance de la couleur n'est- elle pas la même au Moyen Age qu'aujourd'hui, comment expliquer que notre couleur favorite n'est pas la même au cours de notre vie, comment comprendre la prédominance de certaines couleurs dans notre environnement ?… autant de questions qui trouvent réponses dans ce que bon nombre appellent le pouvoir, les rôles, la psychologie, la symbolique des couleurs et que nous appellerons le langage de la couleur.

Cette présentation n'est qu'une approche du rôle actif de la couleur dans notre existence, sujet que l'on peut approfondir au travers des ouvrages sur ce sujet et dont vous trouverez une liste non exhaustive dans la bibliographie en annexe. 


Le phénomène physique de la couleur

La couleur est la résultante de la perception par l'œil de la réflexion d'une source lumineuse sur un objet donné. On doit à Isaac Newton la démonstration selon laquelle la lumière solaire est formée par une infinité de radiations, allant du rouge au violet. 
C'est selon le fait que la surface de l'objet éclairé réfléchit tout ou partie de ces radiations, que l'œil pourra percevoir une coloration donnée. 
Ainsi une surface qui absorbe l'ensemble d'une source lumineuse apparaît comme noire, alors que si celle-ci réfléchit la totalité des radiations, l'œil percevra la couleur blanche, enfin entre ces 2 extrêmes une absorption plus ou moins importante donnera lieu à une multitude de couleurs. 


Comment définir une couleur ?

La couleur est une interaction entre l'émission de la lumière, l'absorption et la réflexion de celle-ci sur une surface, et la réception par l'œil de ces réflexions lumineuses. 
Ainsi la nature de la source lumineuse, l'aspect de surface et la texture de l'objet éclairé peuvent particulièrement avoir une incidence sur le rendu des couleurs. A l'exception peut- être du noir et du blanc, que l'on peut considérer comme des couleurs de référence, chaque couleur est perçue, et donc définie, de façon différente par chacun de nous. Il est donc nécessaire de faire référence à un vocabulaire spécifique pour qu'une nuance précise puisse être appréhendée et comprise par tous ; c'est ainsi que nous parlerons de tonalité, de saturation et de clarté pour définir au plus près notre perception d'une teinte.

Nuance : chaque variation de teinte que peut prendre une même couleur.
Tonalité : perception de la sensation visuelle des réflexions des radiations lumineuses qui permet de définir des couleurs comme bleu, vert, jaune, rouge… 
Saturation : densité ou proportion de couleur pure ; ou caractère plus ou moins coloré de la perception visuelle d'une teinte (vif, terne,…). 
Clarté : aspect plus ou moins clair d'un objet issu de la faculté de ce dernier à réfléchir plus ou moins de lumière (clair, sombre,…)


Classification des couleurs

On peut essayer de définir la couleur, mais il faut aussi classer les couleurs pour pouvoir les comparer, les harmoniser, les opposer les faire vivre les unes avec les autres.

Couleurs primaires : rouge, jaune, bleu sont les 3 couleurs primaires. On ne peut pas créer une couleur primaire par un mélange d'autres couleurs, mais en mélangeant les couleurs primaires entre elles on obtient toutes les autres couleurs. Le mélange des 3 couleurs primaires donne le noir. 
Couleurs secondaires : on obtient une couleur secondaire en mélangeant deux couleurs primaires entre elles. Le mélange du rouge et du jaune donne l'orange et le mélange du jaune et du bleu donne le vert. 
Couleurs intermédiaires : le mélange d'une couleur primaire et d'une couleur secondaire donne une couleur intermédiaire. 
Couleurs complémentaires : elles se trouvent opposées dans le cercle chromatique. La complémentaire du rouge est le vert, celle du jaune est le bleu. Leur association en décoration crée la lumière. 
Couleurs chaudes : du jaune au rouge-violet sur le cercle chromatique. 
Couleurs froides : du bleu-violet au jaune-vert sur le cercle chromatique. 
Couleurs pâles ou claires : teintes contenant du blanc. 
Couleurs foncées ou sombres : teintes contenant du noir.
Couleurs saturées ou lumineuses : teintes pures ne contenant ni blanc ni noir. 
Couleurs insaturées ou atténuées de gris : teintes contenant du gris ou la couleur complémentaire. 


Le langage des couleurs 

Le blanc

Le physicien anglais Isaac Newton découvrit en 1666 que le faisceau blanc s'organisait en couleurs spectrales identiques à celle de l'arc en ciel. Le blanc est donc la couleur totale, qui contient toutes les autres couleurs, produite par le réfléchissement de l'ensemble des radiations lumineuses… c'est la couleur absolue. 

Associée depuis la nuit des temps au divin, à l'immaculé, à la pureté absolue c'est la chaleur qui permet à la vie d'éclore (le lait nourricier) et qui représente l'innocence et la virginité. La symbolique religieuse veut que les serveurs du culte, se vêtissent de blanc. A partir du siècle dernier elle deviendra la couleur de l'habit du baptême et de la robe de mariée.
Couleur absolue, exempte de toute souillure, "stérile", elle devient l'emblème de l'inquiétude (page blanche de l'écrivain, toile blanche de l'artiste,…) de l'hygiène (savons, lessives, machines à laver, locaux de laboratoire, blouses de médecin…) mais aussi de la simplicité, de la neutralité (ceinture blanche de judo, drapeau blanc, et colombe de la paix…). 
Ces origines "divines" en font la couleur de l'impalpable (peur, fantômes, paradis) mais aussi de la sagesse (couleur des druides, des sages, personnes âgées à cheveux blancs…). Dans la décoration le blanc est généralement appliqué sur les plafonds. Les capacités exceptionnelles du blanc à réfléchir la lumière en font l'allié des architectes en apportant luminosité et espace. Cependant la pureté de la couleur peut très rapidement infléchir les bénéfices de son utilisation. La surface pure qui s'en dégage est par essence absente de tout mouvement, de toute vie et peut amener malaise et inquiétude. C'est la raison pour laquelle il est conseillé de ponctuer l'espace blanc de touches de couleur (un mur, l'ameublement…). 

Le bleu

Si le bleu est actuellement la couleur préférée des occidentaux, il n'en était pas de même dans l'antiquité où aucun terme ne désignait cette couleur dont on parlait comme un noir pâle ou un vert foncé… 
A l'époque romaine, les assaillants barbares se peignaient le visage en bleu avant de partir au combat, pour se donner une allure fantomatique. Ceci n'a pas favorisé une symbolique positive de cette couleur qui évoque alors le mal et les enfers. Le mépris de cette couleur explique sa faible utilisation dans le vêtement où le bleu n'est utilisé que pour les vêtements de travail des artisans et des paysans. Pour que le bleu prenne ses lettres de noblesse il faut attendre le Moyen Age, et l'importation du lapis-lazuli par les Vénitiens. 
Considérée comme la plus belle, mais aussi la plus chère des couleurs, ce pigment est naturellement privilégié par les enlumineurs, les maîtres verriers qui la réservent à la robe de la vierge, aux toges des anges… Les progrès techniques dans le domaine de la teinture, ne cessent de faire avancer et d'étendre l'utilisation de la couleur bleue pour devenir la couleur qui domine toutes les autres. De la couleur du manteau royal au Moyen Age, à la couleur du jean aujourd'hui, le bleu est devenu une couleur incontournable. 

Bleu comme le ciel, Bleu comme la mer … 2 immensités qui évoquent l'évasion, le rêve, le calme, la sérénité, la paix, la fraîcheur, l'hygiène… Couleur de la paix et de la neutralité, le bleu devient naturellement la couleur des grands organismes internationaux comme l'ONU, l'UNESCO… Couleur symbolisant le calme et la sérénité, le bleu est souvent utilisé pour les calmants et somnifères, et devient la couleur des chambres en milieu hospitalier. 

C'est la couleur du fond par excellence car tout se détache sur un fond bleu ; de plus le bleu supprime les limites et agrandit les espaces, cette couleur sera préférée dans des locaux étroits. Couleur fraîche elle aérera les espaces sans fenêtre mais c'est aussi une couleur délicate car trop exposée au soleil elle pâlit et à l'image du jean blanchit à l'usage . 

Le jaune

Faste sous l'Antiquité, discrédité au Moyen Age, le jaune a retrouvé aujourd'hui sa place et sa valeur énergétique. 

L'utilisation du safran sous l'Antiquité, comme pigment pour teindre les étoffes est réservée, du fait de sa rareté, aux prêtres et à la noblesse. Richesse matérielle et spirituelle qui se dégage de sa chaleur et de sa luminosité, le jaune d'or attire les plus nantis et leur confère une aura prestigieuse, rayonnante. 
L'ocre jaune, pigment bon marché, recouvre beaucoup de façades, et sert d'élément décoratif pour mettre en valeur figures et ornementations architecturales.
Au Moyen Age, le jaune devient la couleur de la différence, de l'exclusion, de l'extravagance et du déguisement. Le jaune sera la couleur des traîtres et des arrivistes au théâtre. Les maisons des renégats, des faux monnayeurs, des femmes volages, des assassins et des hérétiques sont marquées de jaune, enfin dans la majorité des peintures et sculptures Judas est systématiquement représenté dans un vêtement de cette couleur. Seul le jaune de l'or garde des valeurs positives.

Ce discrédit existe encore de nos jours au travers du pavillon jaune qui signale la maladie et la quarantaine sur un navire. La tradition populaire l'associe aux maris trompés, et au football le "carton jaune" sanctionne les fautes. 

Aujourd'hui le jaune devient une couleur porteuse de valeurs positives. Sa luminosité attire le regard et permet de capter l'attention (signalisation routière), la chaleur, l'énergie et la dynamique qui s'en dégagent servent en communication (vacances, loisirs, vitamines, …), les notions de richesse et de prospérité qui en émanent en font la couleur de la réussite (être le "maillot jaune"). Aux couleurs du miel pour les planchers, le mobilier, et les accessoires en bois naturel, le jaune est souvent utilisé en décoration : couleur du soleil qui éclaire les intérieurs, les tonalités vives et stimulantes du jaune dynamisent et illuminent les espaces… c'est un peu d'été qui rentre dans la pièce ! 

Le noir

Toujours associé au blanc, le noir est son contraire : ici aucune réflexion de la lumière. Si le blanc est le symbole de la pureté et de la virginité, le noir devient synonyme de saleté, de souillure et par extrapolation couleur de la faute, du péché et de la malhonnêteté.

Les premiers colorants noirs furent obtenus par calcination de matières minérales, végétales, ou animales. Le noir, indissociable de la nuit, renvoie aux mystères et donc à la mort. Cela devient donc la couleur de la tristesse, de la solitude et de la mélancolie. Il faut attendre le 13ème siècle pour que cette couleur devienne celle du renoncement et de l'austérité religieuse (vêtement des prêtres, des moines et des religieuses : "les corbeaux"). De l'austérité, à l'autorité…il n'y a qu'un pas, la justice a trouvé sa couleur : le noir devient uniforme, robe d'avocat, de juge, tenues de policiers, arbitres, pompiers. 
A compter du XIVème siècle, le noir est valorisé au travers des principes vertueux qui y sont associés pour devenir aujourd'hui la couleur de l'élégance (smoking, tenues de soirée…) du raffinement et du luxe. Si le XVIIIème appréciait les formes généreuses, le culte du corps actuel et la mode des silhouettes sveltes et dynamiques a trouvé dans le noir la couleur amincissante contribuant à son succès et à la valorisation positive de cette couleur.

Rares sont les murs et plafonds noirs dans nos habitations. Son utilisation sur les murs reste délicate ; à l'instar du blanc qui repousse les limites d'un intérieur étriqué, le noir rétrécit les volumes et son emploi excessif peut avoir des conséquences déprimantes. Les bois noirs exotiques sont parfois utilisés pour les planchers ; la bureautique valorise le noir de la modernité, dans la maison le noir reste le privilège des objets. 

L'orange ou orangé 

Grâce aux Italiens, un nouveau fruit, l'orange douce arrive en France à la Renaissance. Le nom de cet agrume fut associé à sa couleur ; voisine du jaune et du rouge dans le spectre des couleurs, l'orangé est une couleur chaude, intime. Associée à l'automne, cette couleur porte en elle le confort du feu dans l'âtre de la cheminée. L'éclat et la luminosité de l'orange lui donne vitalité et tonicité. Son utilisation dans des domaines où la visibilité est importante telle que la sécurité en mer ou dans les transports (bouées de régate, gilets de sauvetage, couleur d'information des substances transportées à l'arrière des poids lourds…). 

Cette couleur peut également être franche et plus tonique (même si elle n'atteint pas le degré du rouge) jusqu'au point de devenir, dans les années 70, une couleur criarde et agressive. 

Son utilisation en décoration se doit d'être limitée car elle peut lasser ; le dynamisme de cette couleur permet cependant de ponctuer, de rythmer les ambiances atténuées et calmes. Dans les pièces qui ne bénéficient pas de la lumière naturelle, l'orange diffuse sa luminosité et ensoleille par ses tonalités chaudes.
Il est à noter qu'aucune expression particulière de la langue française ne met en avant la couleur orange, y a- t-il une relation de cause à effet avec la constatation que l'orange arrive majoritairement en dernière position dans les préférences de teintes ? 

Le rouge

Couleur par excellence, le rouge est la première de toutes les couleurs. 


Signe de renouveau, de force et d'énergie le rouge du feu est également source de force et de puissance, il insuffle aussi énergie, chaleur et lumière. Il sera donc la couleur des véhicules de sport, de la fête, de la joie, de l'amour. 
Mais le rouge sang est également la couleur de la mort, de la violence, du sang répandu lors de la chasse et des combats guerriers. 
Le rouge feu celui de la destruction, celui des flammes de l'enfer, celui de la trahison à l'image des représentations de la chevelure de Judas. Le rouge devient donc la couleur du danger, de l'interdit, du mal ; cette couleur, la plus dynamisante, la plus visible sert d'attraction en publicité, de signalisation pour les différents moyens de transport, ou encore la couleur du contrôle et des corrections de copie… 

C'est la couleur des pays chauds et de l'Orient.
Utilisé en extérieur ou en intérieur, elle ne donnera pas les mêmes sensations.
Une maison dont la façade sera peinte de cette couleur donnera une impression de surface et de masse plus importante.
Dans une pièce elle réduira les dimensions de celle-ci. L'usage du rouge en décoration intérieure est donc à faire avec délicatesse, car outre sa particularité de "changer" les volumes des lieux peints, il lasse très vite et crée un phénomène de rejet. 
L'action du rouge est stimulante et source de plaisir ; cette couleur s'emploie pour faire ressortir et mettre en avant les autres couleurs. 

Le vert

Le vert est la couleur du monde végétal par excellence et donc de la nature aux vertus rassurantes, calmes et reposantes. Cette couleur a pourtant des connotations négatives. 

Est-ce dû aux difficultés rencontrées, par les teinturiers du Moyen Age, à reproduire cette couleur en absence de plantes contenant des pigments végétaux à force colorante suffisante ? L'explication se trouverait-elle dans l'aspect instable des teintes obtenues en faisant, de ce fait, de la couleur verte celle de l'incertitude, de l'aléatoire… ? Cette dualité (chance et malchance, victoire et défaite…), peut éventuellement expliquer que le vert soit devenu la couleur de surfaces de jeu (tapis de cartes, de billard, terrain de football, de golf…), distraction particulièrement marquée par le hasard et empreinte d'une certaine connotation négative. 
Couleur de l'inattendu, elle devient celle des fous, du diable… et plus proche de nous celles des extra-terrestres! Les avancées en terme de reproductibilité des verts francs et du maintien de cette couleur sur les différents supports utilisés, a permis d' associer le vert à la nature et à ses vertus : couleur de l'herbe, des feuilles… 
Couleur du printemps, du renouveau, de la fraîcheur et par extension du calme, de la quiétude, du repos, de l'espérance, de la non-toxicité c'est la couleur de la permission (feu vert…), de l'hygiène et de la santé (bennes à ordures, poubelles de tri sélectif, croix des pharmacies…), et depuis une vingtaine d'années la couleur étendard des mouvements et des diverses communications sur le thème de l'écologique (Greenpeace, essence sans plomb…).

En décoration, le vert sera conseillé pour ses vertus apaisantes et reposantes, d'où son utilisation dans les domaines hospitaliers en association avec le blanc et le bleu, deux autres couleurs équilibrantes et fraîches.
Si le vert réfléchit moyennement la lumière, il donne une atmosphère cérémonieuse et froide. Dans une pièce il sera rehaussé de tentures rouges ou violettes. 

Le violet

Nombreuses sont les sources pour obtenir cette couleur. 
L'origine semble être le pourpre issu d'un colorant sécrété par des mollusques. 
Difficulté d'extraction de cette substance, quantité d'animaux nécessaires, en fait une matière onéreuse qui séduit le corps religieux et politique. Signe de prestige et d'élitisme, elle est utilisée pour les étoffes des grands prêtres, des magistrats et des grandes figures de la noblesse et du pouvoir, et devient la couleur des empereurs et des rois, puisqu'elle représente le prestige et l'élitisme. 

Si la couleur pourpre sera celle de la dignité des cardinaux, le pourpre perd ses lettres de noblesse au Moyen Age pour devenir une couleur peu employée ; elle apparait terne, de nuance plutôt grise ou noire, et devient la couleur du deuil.
La couleur pourpre oubliée, c'est la couleur violette qui prendra le relais au travers de l'utilisation de la garance, des fruits rouges ou d'une cochenille appelée kermès. 

Toujours empreinte de nos jours d'une connotation triste (habits des veuves), signe d'abnégation et de privation (couleur du carême), le violet connaît cependant ces dernières années une nouvelle dynamique plus optimiste. 

Des nuances plus provocantes et moins conventionnelles sont aujourd'hui utilisées tant dans l'habillement que dans la décoration : les fuchsias, les roses violacées… des couleurs toniques, signe d'une nouvelle liberté. Du pourpre et du violet en harmonie créeront, dans une maison, un décor au charme discret et paisible. 

7 votes. Moyenne 4.14 sur 5.

Commentaires (13)

1. Hamdi salem (site web) 03/08/2017

Hhajty b 2 kilo w l jim3a hedhi 3ayechkom ma3netha yalzem le samedi ykoini aandi ken tnajmou et merci

2. ouahchi 05/06/2017

bonjour j'organise un événement j'ai besoin de procurer une grande quantité de poudre coloré comment je peux vous contacter?

3. zammit insaf 03/06/2017

bonjour
je veux savoir comment je peut acheter le colorant liquide à l'eau
mercii

4. Ferchichi Ghassen 19/05/2017

Bonjour je voudrais avoir des colorant comme dans la videos
https://www.youtube.com/watch?v=Z_NPoxQ9M_o
est ce que vous pouvez me les procurer ou si vous les avez deja je voudrais en avoir tout les modeles c'est urgent merci.

5. Chaaben Mohamed achraf 07/05/2017

Brabi nheb nechri poudre lumineuse
Comment vous contactez
Et merci

6. Rajichi Omar 20/04/2017

Pls ab3atli kifech najem nconnactic et merci

7. chebbi 18/12/2016

bonjour
on cherche à acheter en gros des colorants pour savons type Mica et Glitter et en poudre

8. Abdelkrim Jawhar 18/11/2016

Monsieur,
Je suis le responsable commercial d'une entreprise Algérienne "MBLS chimical Algerie" de production de chaux grasse CL90, nous avons une chaux présentant un niveau de blancheur et de finesse exceptionnel, très lumineuse et transparente le taux d'oxydation varie entre 97 et 99% et le ph entre 11.5 et 13. Nous avons une offre de prix très compétitifs. En attente de vous lire, je vous prie d'agréer mes meilleures salutations

9. ahmed laarbi medini 09/11/2016

je veux acheter 15 kilo et je veux que les couleurs soient magenta violet orangé bleu et comment je puisse acheter en ligne

10. atelier kat pibol 19/05/2016

Bonjour je cherche des colorants en poudre pour solvant que je peux diluer dans de l alcool avez vous ce produi à quel prix et quelles sont vos couleurs je cherche par 250gm environ
cordialement
kat pibol

11. abderahmane 05/05/2016

je veux acheter les pigments naturel,je suis à zarzis ou je m'adresse
cordiallement

12. dhia 15/04/2016

brabi 9adeach esooum mta3 il 1kg w tous les formation ( win il blasa ) comment contacter

13. khalil slim (site web) 27/03/2016

salut le prix de 1kilo en gros ?

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau